Que ma saison de courses commence !

Et, je commence en force avec un weekend de 80 km. Depuis 3 ans, j’ai l’impression que ma saison de courses commence réellement après une sortie épique dans les Montagnes Blanches. Le 2 avril dernier était une de ces sorties.

Explorer

Polar Hero Race Montréal / Crédit: Epic Action Imagery

Pour maintenir un intérêt à la course, je crois qu’il faut en explorer plusieurs facettes. Chercher la nouveauté pour toujours avancer. Cet hiver, je me suis initié à la Course à Obstacles (CAO). L’année passée, je voulais mettre ce genre de courses à mon calendrier. J’avais la conviction (et je l’ai encore) que ça me permettrait de développer mon gainage et la force de mes bras; des atouts importants à la fin des longues courses épuisantes que sont les ultramarathons. Le hasard fait bien les choses. Lors de mon défi au Mont Orford au début octobre 2016, plus précisément à la 25e montée, j’ai rencontré celle avec qui je partage les sentiers et les obstacles maintenant; Zoée. Et, c’est une passionnée de courses à obstacles qui accumule plusieurs podiums. Bref, je suis entre bonnes mains. J’ai pu m’entraîner intelligemment avec ses bons conseils durant l’hiver. Par contre, une blessure à l’épaule gauche survenue lors d’une course me rappelle que mes bras n’ont pas le même passée que mes jambes et que je dois être prudent dans ma progression dans ces épreuves. Mais, c’est un monde de découvertes où je peux accomplir de nouvelles choses et nourrir mon cerveau de réussites. Et, ça c’est intéressant à mettre dans mon baluchon.

Explorer, pour moi, c’est aussi réaliser une succession d’entraînements qui vont permettre à mon corps (et ma tête) de s’adapter à la charge que représente un ultramarathon. C’est le fameux weekend choc où on effectue deux longues sorties lors des 2 journées du weekend. C’est avec seulement 2-3 gels et sans eau ou boisson sportive que le 1er avril dernier j’ai complété un 40 km sur route en 3h15. Une bonne préparation pour mon Marathon de Boston le 17 avril prochain. Mais aussi, un bon entraînement qui précède mon départ dans les Montagnes Blanches…moins de 12 heures plus tard.

Les préparatifs

Je ne néglige jamais la sécurité lorsqu’il est question de courses en montagnes comme le secteur des Montagnes Blanches. Dans la semaine qui précède ma sortie, je vérifie régulièrement les conditions et les prévisions météo aux sommets du Mont Washington et dans les villages avoisinants. J’ai donc une bonne idée de ce qui se passe dans ce secteur. Pour le weekend, on annonce beaucoup de neige le samedi avec une accalmie dans la soirée. Donc, pas question d’y aller le samedi mais le dimanche sera une bonne journée. Par contre avec les vents anticipés durant la journée, le secteur du Mont Lafayette est un meilleur choix de destination que la Chaîne Présidentielle où on est exposé sur la crête beaucoup plus longtemps. La température ne sera pas trop froide mais le soleil ne sera au rendez-vous qu’en fin d’après-midi. Donc, pas le choix, en commençant tôt le matin, si je veux voir le soleil, je dois courir toute la journée…


Premier sommet

Bien équipé et avec mes raquettes, je débute mon ascension vers le sommet du Mont Lafayette par le sentier Old Bridle dans environ 30-40cm de nouvelle neige fraîche. La montée est difficile et à plusieurs moments, j’ajuste mon habillement pour ne pas avoir ni trop chaud, ni trop froid. Il y a beaucoup de brouillard vers le sommet. La visibilité est très réduite et il n’y a aucune trace au sol pour guider mon chemin. Je suis le premier à me diriger vers le sommet ce matin. Les cairns sont cependant visibles mais seulement à une vingtaine de mètres de distance. J’atteins le sommet après 2 heures de montée. Je décide de ne pas m’aventurer sur la crête. Je sens que je dois être prudent. Je retrace donc mon chemin en sens inverse et une heure après, je suis à nouveau à la base de la montagne.


Deuxième sommet

Falling Waters Trail

Vue du Mont Little Haystack

Pour ne pas répéter le même chemin, je décide de monter cette fois par le sentier Falling Waters. La crête sera peut-être dégagée? Les endroits où on doit traverser à gué sont couverts de neige donc, pas de pieds dans le ruisseau cette année. Il y a beaucoup de neige encore et j’atteins finalement le sommet Little Haystack. Il y a des éclaircis et au loin je vois des randonneurs sur la crête. Je m’aventure donc vers le sommet du Mont Lafayette par cette voie. Les vents sont forts sur la crête mais la température est quand même bonne. J’avance d’un bon pas et croise plusieurs randonneurs. Ils sont un peu impressionnés par ma vitesse de déplacement. Ils seront encore plus étonnés lorsqu’ils me croiseront encore et encore.


J’atteins finalement le sommet où je suis accueilli par des bourrasques de vent et une température plus froide. Il y a un peu de soleil par contre mais je ne reste pas longtemps. Comme je veux vivre la descente du sentier Falling Waters dans ma journée et comme je risque d’être seul en fin de journée, j’opte pour retourner immédiatement par la crête et ce sentier. Je dévale la pente en flottant sur la neige toujours avec mes raquettes. Mon trajet est un peu plus long cette fois : 4h pour monter et descendre.


Troisième sommet

Je prends une pause d’environ 25 minutes pour changer mes bas et mes souliers et faire le plein de gels et de boisson sportive. Je mange un peu aussi. Je quitte pour retracer le même chemin que lors de ma première montée. Le sentier est plus tapé par le passage des randonneurs mais je suis confortable avec mes raquettes. Arrivée au refuge Greenleaf Hut, le sommet est complètement dans les nuages. Un orage sévi présentement. Deux randonneurs me le confirmeront lorsque je les croiserai un peu plus tard. Mais par le temps que j’arrive à découvert vers le sommet, les nuages ont passé et un gros soleil est au rendez-vous.

 

 

 


Au loin, je distingue plusieurs sommets. La crête est dégagée et plus au nord, j’aperçois le Mont Washington. Quel privilège d’avoir vécu tous ces sommets! Nullement fatigué, j’entreprends la descente pour compléter cette ascension et descente en 3h10.

 

 


Cette sortie de 40km en 10h10 combinée avec ma sortie de 40km sur la route la veille, est une belle façon d’entamer ma saison de courses qui se profile à l’horizon. Au passage, il y aura le Marathon de Boston (17 avril) et un 50 milles au Maine (28 mai) avant de culminer avec la Western States Endurance Run (100 milles en juin) et le Vermont 100 (100 milles en juillet).

Bonne saison à tous.

Sébastien (www.sebastienroulier.com)

Ce contenu a été publié dans Course en sentiers, Courses à obstacles, Montagnes Blanches, mountain running, Ultra, White Mountains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Que ma saison de courses commence !

Laisser un commentaire